Accueil  -- < - page suivante >>


 Les Titres  

L'Ami des enfants (1878 -1927) Berquin
L'Ami des enfants est un périodique constitué de vingt-quatre petits volumes au format in-12, publiés au cours des années 1782 et 1783. Il est d’abord vendu chez Pissot et Barrois puis au Bureau de l’Ami des Enfants pour les réimpressions qui se révèlent nécessaires. Ce périodique reçoit, dès 1784, le prix annuel de l'Académie française destiné aux livres les plus utiles. C'est dans l'Ami des enfants que parait l'histoire de Sandford et Merton, imitée de l'anglais de Day, qui est restée populaire. Puis viennent les Lectures pour les enfants et les choix de petits contes et drames également propres à les amuser et à leur inspirer le goût de la vertu (1784).

Le Bon point amusant (1912-1938) Albin Michel
Le Bon point amusant « et instructif ! » est une petite revue hebdomadaire pour enfant créée par Albin Michel en 1911. Le récit : Un Tour du monde en aéroplane, écrit par le Comte Henri de la Vaulx et Arnould Galopin, est paru en feuilleton dans ce périodique. Ce périple a un tel succès qu’il devient ensuite un livre de lecture courante, illustré de six cent trente dessins de Fillol et encore publié en 1928.
Arnould Galopin, auteur apprécié du journal, publie encore dans Le Bon point amusant (né le 4 juillet 1912), Le Petit Mousse (1928) ou bien, Aventures d’un Petit Explorateur, en 1934, quatre ans avant la disparition de l’hebdomadaire remplacé par le magazine Francis, publication éphémère qui échoue dans ses tentatives de modernisation.

Diabolo Journal (1907-1921) Arthème Fayard
Deux ans après avoir lancé Le Livre populaire à soixante-cinq centimes, l’éditeur Arthème Fayard crée, en 1907, Diabolo-Journal, proposant ainsi seize pages pour cinq centimes. Le périodique se maintient jusqu’en 1921. Des romans-feuilletons comme, en 1917, Le Petit Chevalier de Léon de Morlaix, ou les romans d’aventures «héroï-comiques de deux mousses », dans Au pays des singes de Max Rainin, apparaissent au cœur d’histoires en images, dues par exemple à l’incontournable Benjamin Rabier.

L'Epatant (1908-1939) Ed. Offenstadt 
Créé par la Société parisienne d’Editions Offenstadt, jusqu’alors orientée vers le roman de garnison polisson, L’Epatant voit le jour le 9 avril 1908. Le premier numéro en fut distribué gratuitement avec Le Petit Journal.
A partir du n°8, Louis Forton y met en scène le fameux trio des Pieds nickelés, qu’il avait déjà ébauché dans l’Americain illustré.
Hebdomadaire populaire voire populiste, L’Epatant ne craignait pas le mauvais goût, et s’attira la colère des pédagogues et des moralistes bien-pensants, choqués par l’abondance d’histoires de voleurs, cambrioleurs, et escrocs en tous genres. De fait, le journal flattait le goût et la curiosité d’enfants que l’insuffisance de leur culture privait de journaux.
L’Epatant trouva tout de suite un public qui lui restera fidèle durant 31 ans, et aura une influence certaine sur des générations de jeunes lecteurs.

Fillette (1909-1956) Ed. Offenstadt
Fondé comme l’Epatant par la Société parisienne d’Editions Offenstadt, en 1909, Fillette connut un succès qui se poursuivit durant 50 ans, tout comme La semaine de Suzette, Bernadette et Lisette.
Pendant la guerre de 1914, Fillette participa financièrement aux secours : abandonne 25% au profit des Français et des Belges victimes de la guerre. Le personnage de Lilli l’espiègle fut actif pendant la guerre.
Cesse de paraître pendant la 2e guerre puis reparaît après.
Résiste dans les années 60, contrairement à la Semaine de Suzette, Bernadette et Lisette. Racheté en 1980 par Filipacchi qui le réunit avec Salut !

Journal de la jeunesse  Ed. Hachette
Hachette se lance dans l’édition de journaux pour la jeunesse : après la Semaine des enfants, il publie le Journal de la jeunesse. Il souhaite mettre à profit le travail effectué par sa maison d’édition et répondre à la demande croissante des lecteurs.
Il propose aux jeunes lecteurs un journal hebdomadaire qui serait un passe temps agréable sans être futile avec une lecture instructive sans être aride ou trop sérieuse. Cette publication qui se maintient pendant plus de quarante ans connaît rapidement le succès. Elle innove à partir de 1895 en ajoutant un supplément d’information politique, scientifique et sportive.
C’est dans le Journal de la Jeunesse que paraissent pour la première les « bandes », vignettes de Christophe dans « Une partie de campagne » en 1888.

l'ami des enfants  1874 page 81
L'Ami des enfants

le  Bon point  No 873 page de titre
Le Bon point amusant 

le diabolo journal  No  48 pg 12 small
Diabolo Journal

l Epatant No 1306 pg de titre small
L'Epatant

 

Fillette  No 456 pg de titre small 
Fillette