la croix occitane

LANGUE ET CULTURE OCCITANE

« Noirigat de Tolosa me plai de mantenir son lengatge bèl… »* :
Peire Goudouli

Nadal Rey :
« … l’ Occitanie couvre un territoire qui lui a toujours été âprement disputé, forme un peuple original, connut une histoire particulièrement tourmentée, brillante et tragique, projeta sur l’Europe une civilisation bien en avance sur son temps, rechercha le progrès de l’être humain dans une philosophie de justice et d’amour, et enfin, pour aller vers cet idéal, créa la première et l’une des plus belles langues d’Europe ce pourquoi elle pense, aujourd’hui encore être utile à la définition du futur de l’humanité… ».
In : L’Occitanie qu’es aquo ?, 2004

Pierre Bec :
« L’occitan médiéval a été une grande langue de civilisation : expression d’une communauté humaine originale et support d’une culture qui a donné des leçons au monde ».
In : La langue occitane, 1995

CROISADE CONTRE LES HÉRÉTIQUES

Lettre de Raymond V à l’abbé de Cîteaux, 1177
« La corruption et la contagion de cette hérésie ont tellement prévalu que presque tous ceux qui l’acceptent pensent rendre hommage à Dieu… Les antiques églises,jadis objet de vénération sont laissées à l’abandon et en état de ruines ; on refuse le baptême ; l’eucharistie est en abomination, la pénitence est méprisée ; on ne veut pas croire à la création de l’homme, à la résurrection de la chair ; tous les sacrements de l’Eglise sont tenus pour rien… ».
In : La Croisade albigeoise : François de Lannoy, 2002

« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens », attribué au légat pontifical Arnaud Amaury lors du siège de Béziers le 22 juillet 1209.
In : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens : Jacques Berlioz, 1994

Guilhèm de Tudèla :
Bataille de Muret (septembre 1213)
« Lo bos reis d’Arago fo a Murel asesmatz et lo coms de Sant Gili e trastotz sos barnatz ; els borzes de Tolosa et la cominaltatz bastiren los peirers e an les redressatz, e combaton Murel tot entorn per totz latz, que dins la vila nova son tuit essems intratz, els frances que lai eran an de guiza coitatz que el cap del castel s’en son trastotz pujatz… ».*
In : La Canso 1209-1219 : les croisades contre le sud (extraits) : Guilhèm de Tudèla & l‘Anonyme, 1994