TOLOSA, THOLOSE, THOLOSA, TOULOUSE... DES "HISTOIRES" OUBLIEES...

Cette ascendance prestigieuse n’est sûrement pas étrangère au fait que Frère Etienne de Gan était moine franciscain et que la commande émanait de l’archevêque de Toulouse. Il s’intéresse également à la situation géographique de la cité, à ses titres d’honneur et  termine sa dissertation par une recherche de l’étymologie du nom de « Tholose ».
Cette histoire écrite en latin et dédiée à Bernard de Rosier figure en tête  du Livre Blanc conservé aux Archives municipales de Toulouse.

Le second historiographe se nomme Nicolas Bertrand (Bertrandi) (14..-1527)
Docteur en droit civil et en droit canon, Nicolas Bertrand fut professeur de droit et avocat. Capitoul en 1500 et 1511, il est l’auteur du célèbre « Gesta Tholosanorum » composé d’une série de mémoires historiques, rédigés en latin, qui racontent, entre autres,  les origines et le passé de la ville. Nicolas Bertrand a puisé allégrement dans l’œuvre d’Etienne de Gan ainsi que dans les histoires merveilleuses qui circulaient autour de lui, histoires faites de fables et de fausses interprétations.

L’ouvrage, une des premières histoires imprimées de la ville, fut publié en 1515 chez Jean Grandjean, imprimeur toulousain et réimprimé ensuite à Lyon (1517) puis de nouveau à Toulouse en 1555 chez Jacques Colomiès.
Il contient trois gravures sur bois. L’une d’elle représente la « Civitas Tholosa », c’est la plus ancienne représentation de Toulouse. Elle illustre la fondation de la ville par le roi « Tholus » qui, le sceptre  à la main, donne des indications aux deux compagnons qui bâtissent le rempart.
La « bonne » réputation de Nicolas Bertrand (avocat et professeur) associée au fait que cela soit le premier livre imprimé en l’honneur de Toulouse, va contribuer à répandre et à perpétuer les fables sur la fondation de la cité.
  < Precedent Suite >
















mairie
mairie