TOLOSA, THOLOSE, THOLOSA, TOULOUSE... DES "HISTOIRES" OUBLIEES...

A partir du XVe siècle, les villes d’une certaine importance, commencent à s’intéresser à l’histoire de leur fondation.
Les premiers historiens, répondant alors à des commandes officielles de personnalités religieuses ou laïques, n’hésitent pas à trouver dans le passé de leurs cités des origines fabuleuses remontant pour certaines jusqu’au Déluge !

Toulouse n’échappe pas à la règle. Son passé et son histoire urbaine sont très vite glorifiés et magnifiés.
L’historiographie « fabuleuse » de Toulouse s’ouvre avec Frère Etienne de Gan. Maître en théologie et religieux de l’ordre de Saint-François, il fut le confesseur de Jean IV d’Armagnac.
Quelques années auparavant (1432),  Bernard de Rosier (1400-1475), futur archevêque de Toulouse avait  établit un premier recueil de considérations sur la ville dans lequel il attribuait à un certain Tholus ou Thola la fondation de Toulouse.

Deux décennies plus tard, le prélat charge Etienne de Gan d’écrire l’histoire de la cité. Ce dernier  écrit alors le « De fundationibus, tempore, loco et nomine Tholose… » dans les années 1452-1453. Dans cette dissertation historique,  il s’intéresse au fondateur et à la date de création de la ville et soutient  ainsi que Toulouse eut comme illustre fondateur, non pas Tholus, mais Lémosin, fils de Thubal,  petit fils de Japhet et donc arrière petit-fils de… Noé ! De même, il n’hésite pas à « dater » l’origine de la ville  pour en faire une cité plus ancienne que Rome, Toulouse aurait ainsi été créée 533 ans avant la cité romaine !
 Suite >
















mairie
mairie