Cité Apprivoisée

Il s’agit d’apprivoiser, de s’approprier l’espace urbain. L’enfant, à travers les albums et les romans, acquiert une perception maîtrisée de son environnement : les magasins, le jardin public… tous les lieux familiers lui permettent de lire sa ville. Dans la littérature jeunesse, au cours du 20è siècle, et plus particulièrement à partir des années 60, le conte, sur le mode symbolique (Le loup de la 135è de Rebecca Dautremer, illustré par Arthur Leboeuf, Seuil, 2008), et le roman policier, sur le mode réaliste (Lapoigne et l’ogre du métro de Thierry Jonquet, Gallimard jeunesse, 2005), apparaissent comme deux genres particulièrement propices à l’appropriation de l’environnement urbain : la ville dont la densité et la verticalité rappellent celle de la forêt, est un espace où le bien finit toujours par triompher du mal.

©John Chatterton Détective, Yvan Pommaux, L’école des loisirs, 1993